samedi 27 mai 2017

Les symboles de la Grand Place de Lille - 2

Un très bel édifice : La Vieille Bourse

En 1651, le Roi Philippe II d'Espagne autorise la construction
d'une Bourse à usage des marchands


24 commerçants achètent des parcelles sur la place du Marché
pour y construire leurs échopes
et la ville prend en charge la construction de la galerie intérieure, 
du pavement de la cour et les 4 portes
la porte donnant sur la Grand Place
avec les cornes d'abondances
le blason de Lille encadré par deux lions
le lion : symbole des Flandres

la porte faisant face à l'Opéra
toujours les cornes d'abondance







au sommet du campanile : le dieu Hermès ou Mercure
c'est le messager des dieux
l'inventeur des poids et des mesures
gardien des routes et carrefours, des voyageurs et du commerce
guide les héros et les voleurs

L'architecture de ce bâtiment est typique de la Renaissance flamande du XVIIème siècle
un mélange de grès pour le soubassement
briques et pierres pour les étages
une exubérance de formes :guirlande de fruits, cornes d'abondance,
pilastres et trumeaux richement ornementés


Toutes les deux fenêtres,un corps sculpté fait office de pilastre
des représentations païenne de la vie commerciale lilloise
des corps représentés sans jambes avec parfois des bras


En entrant rue des Manneliers
première pilastre ornée à partir de l'angle de la Vieille Bourse
voici le roi Midas reconnaissable à ses oreilles d'âne


ici une jeune femme portant un collier de perles


Et voici maintenant la façade de l'Opéra de Lille
Un premier Opéra avait été construit à cette même place en 1785
mais un incendie ravage l'édifice en 1903

Louis Marie Cordonnier remporte le concours lancé pour la construction d'un nouvel Opéra
Il s'inspirera de Victor Louis (Grand Théâtre de Bordeaux)
de Charles Garnier (Opéra de Paris)
et des théâtres à l'italienne


Louis Marie Cordonnier a fournit l'intégralité des plans et dessins de cet édifice.


le Fronton met en scène Apollon, Dieu des Oracles, des Arts et de la Lumière
Il est entouré des Neufs muses
Clio (l'histoire), Euterpe (la musique), Thalia (la comédie)
Melpomène (la tragédie), Terpsichore (la poésie lyrique et la danse)
Erato (le chant nuptial), Polymnie (la pantomime et la rhétorique)
Uranie (l'astronomie et l'astrologie) et Callipe (la poésie épique)
Le petit personnage à gauche représente Zéphir, allégorie du vent


De chaque côté des trois grandes baies de l'étage noble
donnant de la clarté au grand foyer
deux allégories :
à gauche, une jeune femme tenant une lyre représente la Musique
à ses pieds, deux enfants jouant du tambourin et de la guitare
à droite, la tragédie est représentée par une femme brandissant une épée
entourée de serpents et d'éclaires
à ses pieds, des putti présentent des masques de théâtre


Détails des ornements des grilles des portes d'entrées :




La visite guidée se termine
A notre demande, la guide nous emmène au bout de la rue des 3 couronnes 
pour regarder les façades de la rue de la Bourse


On peut y voir des boulets de canon incrustés dans les façades
en rappel des dégats causés par les bombardements à boulets rouge
du siège de Lille en 1792



J'espère vous avoir donné envie de découvrir notre belle ville de Lille
l'année prochaine sera célébré le 350ème anniversaire du
"Rattachement de la France à Lille"!
petit clin d’œil à Monsieur Franck Hanoh
président du conseil de quartier de Lille Centre
amoureux de son quartier, de sa ville

Dans mon prochain article, je vous emmènerai au Louvre-Lens
pour l'expo "Le Mystère LE NAIN"


vendredi 26 mai 2017

Les symboles de la Grand Place de Lille

J'ai eu l'occasion de suivre une visite guidée ce mercredi
proposée par l'Office de Tourisme de Lille
sur les symboles de la Grand Place

Rendez-vous au Palais Rihour, siège de l'OT

Remontons dans le passé
Quand Lille n'était pas encore française
mais flamande
dépendant du Duché de Bourgogne

Remontons à Philippe III le bon
Duc de Bourgogne,
Fils de Jean sans Peur
Père de Charles le Téméraire

Sur le bâtiment, on trouve son symbole



ce n'est pas une couronne ducale
mais un briquet
partout, dans les salles qui persistent de ce palais des ducs de Bourgogne
le symbole du briquet s'affiche

le voici sur les ornements de la porte d'entrée de l'OT


Le Briquet, qui était en acier était utiliser pour faire du feu
n frappe le briquet contre un éclat de silex à bords tranchants
les morceaux d'acier arrachés par le silex se mettent à brûler dans l'air
la gerbe d'étincelle peut communiquer sa chaleur à de l'amadou 
ou à une mèche de coton imbibée de chromate de plomb ou de salpêtre.


Nous passons de l'autre côté du bâtiment pour regarder en haut du monument au mort



La Fleur de Lys
emblème de la ville de Lille
(la royauté française : 3 fleurs de Lys)
et dans le médaillon 2 lettres L
L pour Lille
L pour Louis XVI
Lille n'est française que depuis 350 ans !


Nous nous dirigeons vers la Grand Place

Pour vous la présenter dans son ensemble, j'ai puisé dans les ressources d'images de Google




Ce tableau de François Watteau (1801)  représente la procession de Lille en 1789
En regardant avec attention, on peut voir le Palais Rihour 
entre les deux bâtiments à la gauche de la place
 et la rangée qui nous fait face 


Un premier bâtiment se présente à nous en entrant sur la place
sur notre droite 
La Grande Garde
bâtiment sur l'on voit à gauche sur le tableau de Watteau
construit en 1717 en pierre blanche et en grès, architecture classique
elle accueillait le corps de garde royal
les soldats résidant à la citadelle défilaient à cheval tous les matins et tous les soirs


un zoom sur la partie supérieure 
on y lit les dates de 1787 et 1886
1787 : construction 
1886 : rénovation du bâtiment


sur le fronton, le symbole du roi Louis XVI, le soleil

Les 3 fleurs de lys de la royauté

La fleur de lys de Lille


Passons à l'immeuble suivant 
La Voix du Nord
construit en 1936


Une façade en pignon à pas de moineaux de tradition flamande
au dessus de chaque fenêtre ont été sculpté les blasons des principales villes de la région
Tout en haut, une statue des Trois Grâces pour les trois anciennes provinces de la région
au centre la Flandre et son agriculture (gerbe de blé)
à gauche l'Artois et le bateau pour l'ouverture sur la mer
(l'Artois couvre les territoires d'Arras à Calais)
à droite le Hainaut avec le Pigeon pour ce territoire colombophile




Sur le centre de la place se dresse "La Déesse"


Ce monument commémore l'héroïsme des Lillois pendant le siège de Lille en 1792

La statue de femme drapée à la couronne de tour  haute de 3 mètres, 
représente une allégorie de la ville de Lille
Elle tient dans sa main droite un boutefeu 
servant à allumer la mèche des canons
et de sa main gauche invite le passant à lire les inscriptions au bas de la colonne :
la réponse du maire André aux assiégeants :

"Nous venons de renouveler notre serment d'être fidèle à la Nation, de maintenir la Liberté et l'Egalité ou de mourir à notre poste. Nous ne sommes pas des parjures"
A droite : "Levée du Siège, nuit du 7 au 8 octobre 1792"
A l'arrière : "Aux Lillois de 1792. Hommage de nos concitoyens. 1842"
A gauche : "Les habitants de Lille ont bien mérité de la patrie (Décret du 12 octobre 1792)"

photo du net

Le sculpteur aurait reproduit les traits de l'épouse du maire de l'époque, Louis Bigo-Danel

Fin de la première partie de cette visite
qui se poursuivra pour la découverte des symboles que l'on voit sur les façades de la Vieille Bourse et sur l'Opéra de Lille, et une autre trace mémoire du siège de 1792

mercredi 24 mai 2017

Mais que font-elles quand on a le dos tourné ?

Que peuvent-elles bien se raconter ?


les cousines - de gauche à droite
Maëlyze, Babille et Charly


en grande discussion !

Elles décident de descendre du coffre sur lequel elles étaient assises.
Mais que peut-il bien y avoir dedans ?


WHAOUU !
regardez ! 
sortons tout !
même Minouchka voudrait voir le contenu du coffre


des chaises, des fauteuils, des coussins ...........


Babille, on s'assied sur un fauteuil !

 

On fait du vélo ?
ils sont trop petits pour nous !


Maëlyze semble rêver aux belles balades à vélo qu'elles auraient pu faire
s'ils avaient été à leur taille !
tant pis, un autre jour peut-être.


Après les fauteuils et les vélos, voici le grand lit de Babille

"Dis Babille, tu te souviens quand j'étais venue dormir chez toi ?"


"on avait pris notre petit déjeuner au lit" dit Maëlyze

voir le reportage ICI

Charly : "moi  je me souviens de la fois où c'est mon frère Yrian qui est venue dormir chez toi !
comme il n'avait pas de pyjama, tu lui as prêté l'un des tiens !
La honte ! un pyjama avec de la dentelle et des petits coeurs !"


la petite histoire complète ICI


Babille ne peut résister devant ce gros nounours
elle se blottit dans ses bras câlins 





Eh ! Regardez les filles, j'ai des ailes !
Je suis un ange !



Occupée à réaménager la chambre de Cécile pour pouvoir y mettre un canapé convertible pour que mes petits amoureux parisiens puissent dormir confortablement quand ils viendront me voir, je n'ai pu résister à l'envie de profiter des deux LittleFee de Cécile, tant qu'elles sont encore chez moi. Alors les cousines auront moins souvent l'occasion de jouer ensemble !